Quel est le régime alimentaire des sumo ?

découvrez le régime alimentaire traditionnel des sumo japonais et ses secrets pour maintenir une forme physique optimale.

Fascinants et imposants, les lutteurs de sumo sont non seulement connus pour leur force exceptionnelle mais également pour leur régime alimentaire unique et spécifiquement calibré. Se nourrir comme un sumo ne se fait pas à la légère : le régime est méticuleusement élaboré pour permettre aux lutteurs d’acquérir masse et puissance, tout en maintenant leur santé. Plongeons dans l’univers gastronomique de ces athlètes hors du commun pour découvrir les secrets de leur alimentation.

Origine du régime alimentaire des sumo

découvrez le régime alimentaire des sumo, un aspect fascinant de leur entraînement et de leur style de vie unique.

Le régime alimentaire des sumo, bien qu’il puisse sembler extravagant, est très rigoureusement structuré autour de la nécessité d’accroître la masse corporelle tout en conservant une bonne santé. Le plat principal de ce régime est le chankonabe, une sorte de ragoût copieux qui contient du poulet, du poisson, du tofu, et une grande variété de légumes, tous chargés de fournir une densité calorique élevée.

Le chankonabe peut être préparé avec différentes bases de bouillon, généralement soit à base de miso, soit à base de soja, selon les préférences ou besoins spécifiques en goût. Cette soupe est consommée en grande quantité lors des repas, accompagnée de plusieurs bols de riz pour compléter l’apport calorique.

Outre le chankonabe, les sumo consomment fréquemment d’autres aliments riches en protéines et en glucides, comme le riz en grande quantité. Les fruits et les légumes sont également une part importante de leur régime, apportant les vitamines et minéraux nécessaires pour maintenir une circulation sanguine saine et une bonne digestion, éléments cruciaux compte tenu de l’énorme quantité de nourriture ingérée.

De plus, les sumo ne mangent généralement que deux repas par jour, un tard le matin et l’autre en début de soirée, ce qui favorise une augmentation de poids en ralentissant le métabolisme. Cet aspect du régime est crucial puisqu’il permet aux lutteurs de conserver un surplus calorique nécessaire à leur développement corporel.

Historique du régime

Le régime alimentaire des sumo se distingue par sa capacité à fournir une grande quantité de calories nécessaires pour maintenir leur masse corporelle exceptionnelle. Ce régime est centré autour de la chanko-nabe, une sorte de pot-au-feu japonais riche et nutritif qui peut être constitué de divers types de viandes, de poissons, et de nombreux légumes.

Historiquement, ce régime a été adapté pour permettre aux lutteurs de sumo de gagner rapidement du poids tout en maintenant une bonne santé générale. La chanko-nabe est traditionnellement consommée en grande quantité lors des repas, souvent accompagnée de grandes portions de riz. Cette combinaison de protéines, de glucides et de légumes apporte une balance nutritive appropriée tout en favorisant la prise de poids.

L’importance de la chanko-nabe dans la diète des sumos réside également dans sa flexibilité culinaire. En fonction des besoins et des préférences, le contenu du pot peut varier de manière significative, permettant de régler le nombre de calories et de nutriments. Le repas est souvent suivi d’une période de sommeil ou de repos, facilitant ainsi un gain de poids grâce au ralentissement du métabolisme postprandial.

En plus de la chanko-nabe, les lutteurs de sumo consomment souvent d’autres aliments riches comme le poisson frit, les tempuras et une variété d’autres plats copieux. La gestion de l’alimentation est cruciale, la consommation de calories pouvant atteindre jusqu’à 10 000 par jour.

Le régime des sumo, bien qu’efficace pour atteindre les objectifs physiques de ce sport, est unique et spécifiquement adapté aux nécessités de cette discipline, aussi il ne convient pas à une personne moyenne cherchant à maintenir un mode de vie sain et équilibré.

Les aliments traditionnels des sumo

Le régime alimentaire des sumo repose traditionnellement sur un plat appelé Chanko-nabe. Il s’agit d’une sorte de ragoût nutritif et copieux qui peut être constitué de divers ingrédients, tels que des légumes, du poisson, ou des morceaux de viande, le tout mijoté dans un bouillon savoureux. Ce plat est privilégié pour son apport énergétique élevé et sa capacité à être consommé en grandes quantités, ce qui est essentiel pour maintenir le poids corporel significatif requis par les lutteurs de sumo.

Origine du régime alimentaire des sumo

Le Chanko-nabe aurait vu le jour dans les établissements de sumo où les lutteurs et leurs aides vivaient et s’entraînaient ensemble. Pour nourrir efficacement tout le monde en une seule fois, et en utilisant divers ingrédients disponibles, le chanko-nabe est devenu une solution idéale, offrant un bon équilibre nutritionnel essentiel pour les eforts intensifs.

Les aliments traditionnels des sumo

  • Le riz, servi souvent en grande quantité pour contribuer à la prise de poids.

  • Le tofu et le poulet, sources importantes de protéines.

  • Des légumes comme les pommes de terre, les champignons et les choux pour les fibres et vitamines.

Par ailleurs, au-delà de l’alimentation, les sumo suivent également des entraînements très spécifiques et ont des routines quotidiennes particulières qui participent aussi à leur développement physique. Cependant, c’est principalement la consommation élevée de Chanko-nabe qui est au cœur de leur régime alimentaire.

Évolution du régime alimentaire

Origine du régime alimentaire des sumo Le régime alimentaire des sumo, connu sous le nom de Chanko Nabe, est fortement lié à l’histoire de ce sport traditionnel japonais. Multiséculaire, ce régime est conçu pour soutenir un entraînement rigoureux tout en favorisant une rapide prise de masse. Typiquement, il se compose d’une riche et copieuse marmite de soupe à base de viande ou de poisson, mêlée à plusieurs types de légumes et de tofu, le tout accompagné de grandes quantités de riz.

Évolution du régime alimentaire Au fil des siècles, le Chanko Nabe a évolué en incorporant des influences de la cuisine contemporaine japonaise, mais les principes de base persistent. Par tradition, cette soupe est cuisinée collectivement par les lutteurs sous la supervision d’un chef expérimenté, souvent un lutteur à la retraite. L’accent est toujours mis sur la haute teneur calorique et protéique pour maintenir la formidable stature des sumos tout en leur fournissant l’énergie nécessaire pour les entraînements épuisants.

Impact du régime sur la santé des sumo

Le régime alimentaire des sumo est centré autour du Chanko-nabe, un ragoût très calorique qui contient une variété de viandes et légumes, servi avec du riz en grande quantité. Ce plat est consommé en grandes portions pour favoriser une prise de poids rapide et efficace. Ils complètent également leur alimentation par des bières et d’autres aliments riches en calories.

A voir aussi:   Comment devenir actionnaire de BNP Paribas ?

Impact du régime sur la santé des sumo :

  • Augmentation du risque de maladies cardiovasculaires due à une consommation élevée en graisses saturées et en calories.
  • Potentiels problèmes articulaires et osseux en raison de l’excès de poids.
  • Risque accru de diabète de type 2 lié à une diète hypercalorique.

Ces lutteurs maintiennent néanmoins une activité physique intense qui compense partiellement les effets néfastes de leur régime alimentaire sur leur santé. Cependant, il est crucial qu’ils reçoivent un suivi médical régulier pour prévenir les éventuelles complications de santé.

Surpoids et obésité

Le régime alimentaire des sumo est riche et très calorique, conçu spécifiquement pour favoriser une prise de poids rapide et significative. La prise de masse est essentielle dans ce sport, où le poids peut constituer un avantage stratégique notable lors des combats. Le repas traditionnel des lutteurs de sumo est le chanko-nabe, une sorte de ragoût épais qui se compose de diverses sortes de viandes et de légumes pochés dans une base de bouillon savoureux. Ce plat est consommé en grande quantité, souvent accompagné de grandes portions de riz et parfois de bière ou de saké pour augmenter l’apport calorique.

Le régime des sumo inclut également des aliments riches en protéines comme le poulet, le poisson, le tofu et les œufs, qui sont essentiels pour la construction musculaire. Les légumes et les fruits sont présents mais en quantités moindres. Les lutteurs consomment plusieurs repas copieux par jour, dormant souvent juste après le déjeuner pour ralentir le métabolisme et favoriser une plus grande accumulation de masse corporelle.

L’adoption d’un régime ultra-calorique et l’entraînement intense imposés aux lutteurs de sumo ont un impact significatif sur leur santé. Bien que robustes et forts, ils sont souvent confrontés à des problèmes de surpoids et d’obésité. Cette condition peut entraîner divers problèmes de santé associés, tels que le diabète de type 2, l’hypertension artérielle, et des troubles cardiovasculaires.

Le surpoids et l’obésité sont des conditions fréquentes chez les sumo en raison de leur régime hypercalorique et de leur style de vie. Ces états sont exacerbés par des périodes de grande inactivité, notamment les longues siestes après les repas. Combinés à une consommation élevée de bière et de saké, ces facteurs contribuent à une accumulation rapide de graisse corporelle, non seulement sous-cutanée mais aussi viscérale, laquelle est particulièrement nocive pour la santé.

Les lutteurs de sumo se retirent souvent de la compétition à un âge relativement jeune du fait de ces complications de santé. Ils sont alors encouragés à adopter des modes de vie plus équilibrés et des régimes moins caloriques pour améliorer leur santé globale.

Risques pour la santé

Les sumo suivent un régime alimentaire unique comprenant majoritairement le Chanko-nabe, un ragoût japonais polysvalent concentré sur des protéines élevées et généralement agrémenté de gros morceaux de poisson, de viande, de tofu et de légumes variés. Ce repas riche en calories est destiné à augmenter la masse corporelle. Ils complètent souvent leur alimentation avec du riz, des œufs, et des nouilles, consommant des quantités bien plus importantes qu’une personne standard.

Le rythme des repas est également spécifique : habituellement, les sumo prennent deux gros repas par jour. Ils ont coutume de faire une sieste juste après le déjeuner pour ralentir le métabolisme et favoriser un gain de poids effectif. Cette pratique maximise l’efficacité de leur régime riche en calories.

Malgré les avantages compétitifs liés à leur importante masse corporelle, les sumo sont susceptibles de rencontrer plusieurs problèmes de santé liés à leur alimentation et mode de vie. Le surpoids peut favoriser l’apparition de diabète de type 2, de maladies cardiovasculaires, et d’autres maladies liées à l’obésité comme l’arthrite. De plus, des études ont montré que leur espérance de vie serait généralement plus courte due à des complications de santé résultant de leur régime hypercalorique et de leur poids excessif.

Ils pourraient également souffrir d’un syndrome appelé apnée du sommeil, aggravé par le surplus de tissu autour du cou et des voies respiratoires, ce qui rend la respiration difficile pendant le sommeil et augmente également le risque de conditions cardiovasculaires.

Conseils des nutritionnistes

Le régime alimentaire des lutteurs de sumo est conçu pour favoriser un gain de poids rapide tout en maintenant un haut niveau de performance physique. La nourriture consommée est riche en calories et en protéines. Le plat principal est le chanko-nabe, une sorte de pot-au-feu japonais qui contient divers types de viandes, poissons, et légumes, souvent accompagnés de grandes quantités de riz et d’alcool.’

L’impact de ce régime sur la santé des sumo est considérable. Malgré leur entraînement intensif, beaucoup de lutteurs développent des problèmes de santé tels que le diabète, l’hypertension et des maladies cardiovasculaires, dus à une alimentation trop riche en graisses et en calories.

Face à ces défis, les nutritionnistes recommandent des ajustements au régime traditionnel des sumo pour améliorer leur santé sans compromettre leur performance. Ces conseils incluent l’augmentation de la consommation de fruits et légumes, la réduction des portions de riz, et la limitation de l’alcool. Les nutritionnistes suggèrent également un apport accru en fibres pour aider à réguler le poids et le métabolisme. Enfin, il est conseillé d’intégrer des exercices cardiovasculaires plus réguliers pour contrôler le poids et améliorer la santé cardiorespiratoire.

Entraînement et régime alimentaire

Les sumos ont un régime alimentaire particulier, construit pour augmenter la masse corporelle tout en maintenant une bonne santé. Leur régime repose principalement sur un plat appelé Chanko-nabe, une sorte de ragoût très calorique contenant de la viande, du poisson et des légumes, consommé en grandes quantités. Ce plat est non seulement nutritif mais aussi riche en protéines et en lipides, essentiels pour augmenter la masse corporelle.

Le petit déjeuner des sumos est généralement omis, ce qui retarde leur métabolisme et favorise le gain de poids lorsqu’ils mangent leur premier repas tard dans la journée. Le Chanko-nabe est préparé et mangé ensemble dans le cadre de l’entraînement quotidien, renforçant ainsi la camaraderie et le sens de la communauté au sein de l’écurie de sumo.

A voir aussi:   Comment devenir actionnaire de L'Oréal

En complément du Chanko-nabe, ils consomment une grande quantité de riz et parfois du poulet ou d’autres sources de protéines maigres. La consommation d’alcool, principalement de la bière, est aussi courante lors des repas, ajoutant ainsi des calories supplémentaires à leur alimentation.

En plus de leur alimentation, le rythme de vie des sumos joue un rôle crucial dans leur gain de poids. Les périodes de repos, notamment après avoir mangé, sont utilisées stratégiquement pour ralentir le métabolisme et favoriser le stockage de graisse. Ces siestes sont normalement prises directement après les repas pour maximiser l’effet.

Les sumos suivent également des entraînements intensifs qui comprennent une variété de techniques de lutte, d’exercices de force et de souplesse. Ces entraînements sont essentiels non seulement pour développer la force et la technique mais aussi pour gérer efficacement leur poids corporel grandissant.

Synchronisation des repas et des séances d’entraînement

Les sumos suivent un régime alimentaire très spécifique qui joue un rôle crucial dans leur entraînement. Le régime est conçu pour favoriser une prise de poids rapide tout en maintenant la force et la mobilité nécessaires pour le sport. Le plat principal dans leur régime est le Chanko-nabe, une sorte de ragoût riche en protéines qui inclut une grande variété de légumes, de poissons, et de viandes.

En ce qui concerne la synchronisation des repas, les sumos mangent généralement seulement deux fois par jour. Le premier repas a lieu juste après la fin de la séance d’entraînement de la matinée. Cette pratique aide à maximiser la prise de poids en exploitant la façon dont le métabolisme ralentit après un repas copieux, surtout lorsque le corps est au repos. Le soir, un second repas copieux est consommé pour garantir que l’apport calorique quotidien reste extrêmement élevé.

Le succès des sumos dépend non seulement de leur technique de combat, mais aussi de leur capacité à gérer leur alimentation en lien avec leur routine d’entraînement. Le maintien d’une telle masse corporelle impose des défis uniques pour la santé, mais elle est essentielle à leur efficacité dans le ring.

Équilibre entre les apports et les dépenses énergétiques

Le régime alimentaire des sumo est fondamental pour acquérir la force et la masse nécessaires à leur discipline. Contrairement aux idées reçues, leur alimentation est basée sur un équilibre entre apports énergétiques importants et une gestion rigoureuse de leur dépense énergétique durant les entraînements.

L’élément principal de leur alimentation est le Chanko-nabe, un plat à base de pot-au-feu qui inclut divers types de viandes, de poissons, de légumes et de tofu. Ce plat est préparé dans une grande marmite où chaque ingrédient est cuit ensemble, favorisant ainsi l’absorption des nutriments essentiels.

En plus du Chanko-nabe, les sumo consomment de grandes quantités de riz, qui est une source d’hydrates de carbone, essentielle pour soutenir leurs longues journées d’entraînement physique. Des apports protéinés supplémentaires sont également inclus, souvent sous forme de poisson, pour aider à la construction musculaire.

Pour équilibrer ces apports slories, les sumo ont un entraînement quotidien intensif. Cela inclut des exercices de lutte, de force et de flexibilité, souvent débutant tôt le matin et se prolongeant pendant plusieurs heures. Cette routine aide à gérer non seulement leur poids, mais aussi leur forme physique globale.

Il est également important de noter que leur alimentation est adaptée à leur rythme de vie spécifique, avec souvent deux grands repas par jour, suivis de périodes de repos pour favoriser la prise de poids. Toutefois, l’apport excessif et les faibles périodes d’activité sont soigneusement équilibrés pour maintenir leur santé et leur efficacité dans le ring.

Enfin, bien que la priorité soit mise sur les quantités, la qualité des ingredients n’est pas négligée. Les sumo s’assurent de consommer des produits frais et nutritifs pour soutenir leur corps dans les défis extrêmes imposés par leur sport.

Spécificités nutritionnelles des sumo

Les sumos suivent un régime alimentaire très spécifique qui contribue à leur développement physique massif et à leur condition athlétique. Cette alimentation, appelée Chanko-nabe, est centrée autour d’un pot-au-feu nourrissant, composé de divers ingrédients riches en protéines et en calories.

Le Chanko-nabe est un plat unique qui peut inclure une variété de viandes comme le poulet, le porc, ou le poisson, auxquels sont ajoutés plusieurs légumes tels que des champignons, des oignons et des légumes verts. Cette soupe est traditionnellement enrichie de tofu et parfois de boulettes de viande, la rendant extrêmement dense en nutriments.

En plus du Chanko-nabe, les sumos consomment de grandes quantités de riz pour compléter leurs apports caloriques. Le riz, combiné aux protéines du pot-au-feu, aide à construire et maintenir l’énorme masse musculaire requise par ce sport traditionnel japonais.

Il est important de noter que le régime des sumos est accompagné d’un entraînement physique rigoureux. Les séances d’entraînement sont intenses et conçues pour favoriser la force et la flexibilité, ce qui est vital pour la compétition. Ces athlètes pratiquent de longues heures chaque jour, ce qui justifie un apport calorique élevé pour soutenir leur niveau d’activité.

Les sumos prennent généralement deux grands repas par jour, un processus qui est pensé pour encourager une prise de poids rapide. Le premier repas intervient souvent après la session d’entraînement de la matinée et le second en fin d’après-midi.

En plus de la nourriture et de l’exercice, les sumos suivent aussi des routines spéciales pour la gestion du poids et du repos, incluant des siestes après les repas pour ralentir le métabolisme, une stratégie qui favorise l’accumulation massique plutôt qu’une simple prise de graisse.

Adaptations modernes du régime des sumo

Les sumo suivent un régime alimentaire traditionnellement riche et calorique appelé Chanko-nabe. Ce plat, sous forme de ragoût, est composé de grandes quantités de protéines sous différentes formes : poulet, poisson, et tofu. Les légumes tels que les champignons, les oignons et les épinards y sont également abondamment utilisés, concoctant ainsi un mélange nutritif destiné à favoriser une prise de poids rapide.

Le Chanko-nabe est consommé en grande quantité lors de la principale repas du soir, suivant des heures d’entraînement intensives qui s’étendent généralement jusqu’à la mi-journée. Les sumo complètent ce repas avec du riz blanc et de la bière, éléments essentiels pour augmenter l’apport calorique quotidien.

A voir aussi:   Comment la banque accorde un crédit

Adaptations modernes du régime des sumo intègrent désormais des aspects de la nutrition moderne pour améliorer la santé générale des lutteurs tout en conservant cet important apport calorique. Des nutriments essentiels comme des vitamines, des minéraux et des fibres sont maintenant pris en compte. L’ajout de fruits, rares dans le régime traditionnel, et une attention à réduire les graisses saturées témoignent de cette modernisation.

L’attention portée à l’équilibre des nutriments contribue à préserver la santé des sumo sans compromettre leur poids, crucial pour leur performance. Des suppléments alimentaires peuvent également être incorporés pour soutenir la récupération musculaire et la solidité des os.

Influence des changements sociétaux

Le régime alimentaire des sumo est centré autour du Chanko-nabe, une sorte de ragoût qui constitue l’aliment principal de ces athlètes. Ce ragoût est riche en protéines et en calories, et peut être préparé avec une variété d’ingrédients tels que du poulet, du poisson, du tofu, et des légumes variés, qui sont tous cuits dans une grande marmite. Cette diversité d’ingrédients assure que malgré sa haute teneur calorique, le plat reste relativement équilibré en termes de nutriments.

L’importance du riz ne doit pas être sous-estimée dans l’alimentation des sumo. Consommé en grandes quantités, le riz fournit l’énergie nécessaire pour supporter l’intense régime d’entraînement. Il est souvent accompagné de plusieurs autres plats qui ajoutent des protéines supplémentaires, des vitamines et des minéraux essentiels à la construction de la masse corporelle.

Modifications modernes de l’alimentation des sumo ont été observées suite à des changements sociétaux et à la globalisation. Certains lutteurs intègrent maintenant des aliments occidentaux plus riches en calories et en graisses, tels que les hamburgers ou les pizzas, dans leur alimentation. Bien que ces aliments puissent contribuer à une prise de poids rapide, ils posent des problèmes de santé à long terme sans les bénéfices nutritionnels du Chanko-nabe.

Les pressions de la vie moderne ont également amené certains lutteurs à modérer leur consommation calorique et à être plus attentifs à leur santé globale. Cela se traduit par une augmentation de la consommation de fruits, de légumes, et parfois même par l’adoption de suppléments nutritionnels pour mieux contrôler le bilan énergétique et la prise de poids.

L’influence des changements sociétaux se reflète aussi dans la préparation des lutteurs sumo à la retraite, qui ajustent souvent leur régime alimentaire pour éviter les risques de maladies cardiaques et le diabète, communs chez les sumo après leur carrière. Cette transition inclut généralement une réduction significative de l’apport calorique et une attention accrue à la qualité des graisses consommées.

Les nouvelles tendances alimentaires

Le régime alimentaire des sumo est traditionnellement riche et calorique pour favoriser une prise de poids rapide et efficace, nécessaire pour ce sport de lutte. Le repas principal se compose du chankonabe, une sorte de ragoût composé de viandes, de poissons, et de légumes, accompagné par une grande quantité de riz. Cette alimentation est complémentée par de nombreuses protéines, des glucides et des lipides ce qui permet aux lutteurs de construire leur masse musculaire tout en augmentant leur poids corporel.

Adaptations modernes du régime des sumo incluent désormais des considérations pour la santé à long terme des lutteurs. Avant, les lutteurs se concentraient uniquement sur l’augmentation de leur masse, au détriment souvent de leur santé cardiovasculaire et métabolique. De nos jours, les régimes sont plus équilibrés avec un accent mis sur des aliments moins gras et l’inclusion de plus de fruits et de légumes frais pour une digestion améliorée et une meilleure santé globale.

Les nouvelles tendances alimentaires qui intéressent les lutteurs de sumo comprennent l’intégration de superaliments tels que le quinoa et les baies de goji, qui sont à la fois nutritifs et bénéfiques pour la santé. Ces alternatives aident à maintenir la force et l’endurance tout en protégeant le corps contre les maladies chroniques susceptibles de raccourcir les carrières sportives. Par ailleurs, un intérêt croissant pour les procédés culinaires moins traditionnels, comme la cuisine à la vapeur ou la grillade, permet de réduire la consommation de graisses malsaines tout en conservant la richesse calorique nécessaire à la pratique du sumo.

  • Chankonabe : Ragoût riche en viandes, poissons et légumes.
  • Riz : Consommé en grande quantité pour augmenter l’apport calorique.
  • Protéines, glucides et lipides : Pour la construction musculaire et l’augmentation du poids.
  • Fruits et légumes frais : Pour une meilleure santé digestive et globale.
  • Superaliments comme le quinoa et les baies de goji : Nutritifs et bénéfiques pour la santé.

Réactions des sumo face à ces changements

Le régime alimentaire des sumo est principalement composé de chanko nabe, une sorte de ragoût où divers ingrédients nutritifs tels que les légumes, les fruits de mer et les viandes sont mélangés. Cette alimentation riche en protéines et en calories aide les lutteurs à développer une masse corporelle importante, essentielle dans ce sport. Le repas est souvent accompagné de grandes quantités de riz et porridge pour augmenter l’apport calorique.

Au fil des ans, le régime des sumo a intégré des aspects de la cuisine moderne pour répondre à des préoccupations telles que la santé cardiovasculaire et le diabète. Le ragoût traditionnel est désormais préparé avec des ingrédients moins gras, et les sumo sont encouragés à inclure plus de fruits et légumes dans leur alimentation.

Les sumo ont des réactions variées à ces adaptations. Certains apprécient les changements car ils contribuent à leur bien-être général et à une meilleure gestion du poids à long terme. D’autres lutteurs ont du mal à s’ajuster, surtout ceux habitués à des routines alimentaires traditionnelles rigoureuses qui ont favorisé leur succès dans le passé.

L’introduction de suppléments et de régimes personnalisés a également été un sujet de débat. Certains encadreurs les considèrent nécessaires pour répondre aux besoins nutritionnels spécifiques des lutteurs, tandis que d’autres préfèrent se limiter à la cuisine traditionnelle japonaise pour maintenir l’esprit et la culture du sumo.

Votez ici post
Retour en haut